Thuja occidentalis L., 1753

Thuya du Canada

CARTOGRAPHIE

OPTIONS

   Carte de la répartition par commune
   Carte de la répartition par maille

LÉGENDE

Donnée récente (après 1990)
Donnée ancienne (1957 à 1990)
Donnée historique (avant 1957)
État de l'information dans le système d'information du PIFH à la date de consultation

FICHE DESCRIPTIVE

Nom botanique accepté : Thuja occidentalis L., 1753
Famille : Cupressaceae
Nom français : Thuya du Canada
Noms vernaculaires : Thuya d'Occident
Description botanique courte : Arbre haut de 1 à 10 m sous nos latitudes (variable selon les cultivars). Les cônes femelles ont une structure longitudinale, avec 10 à 12 écailles aplaties fixées à la base du cône de telle manière que l’ensemble de la face externe des écailles basales soit visible lorsque le cône est fermé. Les écailles médianes et externes des cônes séminifères sont surmontées d’un mucron de moins de 0,7 mm de long ; le mucron des écailles externes n’est ni décurrent, ni récurvé.
Type biologique : Phanérophyte sempervirente
Floraison ou sporulation : Février-avril
Écologie : L’espèce est plantée dans les parcs et jardins dans la dition.
Statut exogénat : exogène (xénophyte, « alien »)
Invasibilité : taxon exotique (ou cryptogène) non envahissant
Menace Rhône-Alpes : NA
Usages : L’arbre est souvent planté dans les parcs et jardins, particulièrement pour constituer des haies. Il en existe de très nombreux cultivars.
Identification : Les espèces du genre Thuja diffèrent des Chamaecyparis par la présence de cônes femelle allongés, à 10-12 écailles aplaties fixées à la base du cône (laissant ainsi apparaître l’ensemble de la face externe des écailles basales lorsqu’il est fermé). L’identification des Thuja observés en Europe est complexe en raison du grand nombre de cultivars. Si les critères foliaires fonctionnent bien pour des plantes sauvages dans leur aire d’origine, ce sont plutôt les critères liés aux cônes (moins influencés par la sélection horticole) qui sont à prendre en compte pour les individus européens. Chez Th. occidentalis, les écailles médianes et externes des cônes séminifères sont surmontées d’un mucron de moins de 0,7 mm de long (plus grand chez Th. plicata) et le mucron des écailles externes n’est ni décurrent, ni récurvé. Le cultivar « Giant green », hybride Th. plicata x Th. standishii, peut être difficile à distinguer de Th. occidentalis auquel le parent Th. standishii ressemble beaucoup.
Remarques : En se basant sur la forme des cônes plus que sur celle des feuilles pour identifier les individus, il apparaît que Th. occidentalis, pourtant réputé couramment cultivé, est en fait plutôt peu fréquent en France métropolitaine. Cette espèce est originaire de l’est de l’Amérique du nord.
Citer cette page merci de créditer :
Pôle d'information Flore et Habitats de Rhône-Alpes. 22/10/2018 www.pifh.fr
Images non libres de droit. Pour toute utilisation hors contexte, merci de nous soliciter préalablement.

Aucune photo disponible
pour ce taxon

© PIFH

CHOROLOGIE

Chorologie française : L’espèce est présente çà et là sur le territoire de France métropolitaine.
Chorologie Rhône-Alpes : L’espèce est citée à Villeurbanne et dans les Bornes-Aravis (en Haute-Savoie), où elle est probablement plantée ; elle est probablement présente ailleurs.

LIENS

image wikipedia image inpn image crsf image tropicos image Euro+Med image floraiberica image tela-botanica

Consulter le glossaire